Vous êtes ici : Accueil > Actualités > 70 > Litière plaquettes : pourquoi pas vous ?

70 > Litière plaquettes : pourquoi pas vous ?

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

La litière bois plaquette acquiert sa maturité dans les élevages depuis une vingtaine d’année. La mécanisation de la récolte des bois de haies et les sécheresses successives ont accentué son développement. Elle s’impose comme alternative sérieuse dans les zones d’élevage fortement dépendantes de la paille. Issue principalement des linéaires de haies présents sur l’exploitation, c’est un produit local, compétitif, facile à produire et très efficace pour les animaux. L’objectif n’est pas de remplacer la totalité des besoins en paille d’une exploitation par la plaquette bois mais de l’utiliser en mixte avec la paille pour gagner en efficacité.


Journée d’information : vendredi 15 mars 2019 avec salle et visite terrain.

 

Dans un objectif de développement de ces techniques de valorisation de bois en paillage, une rencontre ouverte à tous est proposée par la Chambre d’agriculture de la Haute-Saône.

De quel bois plaquette parle-t-on ?
Historiquement, le calibre utilisé en litière est du même calibre que les plaquettes destinées aux chaudières bois énergie de 25 à 600 kW (filière sèche). C’est une plaquette de 30mm en moyenne (20 à 50) qu’utilisent la majorité des éleveurs avec succès.
Le séchage des plaquettes: gage d’efficacité de la litière?
Plus l’écart entre le taux d’humidité de la plaquette « verte » (fraichement broyée) et le taux d’humidité obtenu après fermentation/séchage est important, plus la capacité d’absorption du bois est grande. La litière sera d’autant plus efficace.
L’objectif est d’atteindre un taux d’humidité de la plaquette entre 16 et 25% après fermentation/séchage.

4 m3 de bois déchiqueté =
1 tonne de paille
1 tonne de bois déchiquetée absorbe autant qu'une tonne de paille

Les techniques pour utiliser la plaquette en litière

Technique n°1 :
La plus utilisée et la plus efficace consiste à mettre 6 à 8 cm de plaquettes sèches avant l'entrée des animaux ou après un curage intermédiaire (soit 1 m3 pour 15 m² au sol). Cette couche durera 15 jours à 3 semaines selon le type d'animaux, la densité dans les cases, le type de ration (sèche ou humide). Dès que le degré de salissement des animaux est atteint, étaler une seconde couche de 6 à 8 cm afin de prolonger cette litière de 15 jours à 3 semaines. Attention, la litière plaquette est noire dès le 2ème jour mais les animaux restent propres 15jours à 3 semaines. C’est donc un changement d’approche du paillage par l’éleveur. Si on dispose d'un stock important de plaquettes, de nouvelles couches de 6 à 8 cm pourront être étalées ainsi de suite. A défaut de plaquettes, procéder à l'apport de paille comme habituellement. Cette technique de plaquettes en sous-couche est isolante et drainante. Avec 2 couches de 6 à 8cm, elle économise 1 à 1,5 mois d'utilisation de paille et donc souvent un curage intermédiaire.

Technique n°2 :
Une seconde technique consiste à alterner successivement, tout au long de l'hiver, couches de plaquettes et couches de paille par petites épaisseurs 1 à 2cm (mille feuilles). Cette technique permet également d'économiser de la paille sans la supprimer totalement, permettant un meilleur confort des animaux par rapport à une litière 100% plaquettes. Fréquence tous les jours ou tous les 2j.

Technique n°3 :
Une troisième technique moins pratique consistait à étaler 15 à 20 cm de plaquettes dans la stabulation avant l'entrée des animaux mais il faut alors remuer les plaquettes pour casser la croûte au vibroculteur ou rotavator . Cette technique est assez contraignante aux dires des éleveurs, elle gaspille des plaquettes.

Efficacité et rendement par rapport à la paille
Aux dires des éleveurs la plaquette est aussi efficace que la paille. D’autres ont calculés que la plaquette était plus efficace que la paille et obtiennent qu’une tonne de plaquette remplace 1,2 à 1,3 tonne de paille. Une multitude de facteurs expliquent ces résultats :

  • le taux d’humidité des plaquettes,
  • le type de ration (sèche ou humide),
  • le type d’animaux (jeunes ou vaches suitées),
  • la densité dans les cases,
  • le degré de début de salissement accepté par l’éleveur avant de déclencher l’apport suivant de plaquette
  • l’ambiance dans les bâtiments,
  • les remontées d’eau par le sol


Les témoignages, retours d’expérience et enquêtes montrent que plus de 9 éleveurs sur 10 sont satisfaits à très satisfaits de ce produit.

A ce jour et compte tenu des évènements climatiques de 2018, les acteurs du bois en Franche comté sont capables de proposer des plaquettes adaptées pour les pratiques décrites ci-dessous.

Une réunion d’information sera organisée et effectuée à la Chambre d’Agriculture de Haute-Saône le vendredi 15/03/2019 à 9h30 avec présentation en salle le matin et visite d’exploitation l’après-midi.

Si vous êtes intéressés pour participer à cette démarche, contactez la Chambre d’agriculture de Haute-Saône :
Julien PARTY, Conseiller « Energies » au 06 47 42 92 63
Damien JOLISSAINT, « Conseiller forêt » au 06 73 40 52 11.