En savoir plus

Accéder aux flux rss de notre siteImprimer la page

L’agriculture n’est pas un réel problème pour l’énergie. Elle représente moins de 3 % de la consommation énergie finale. Néanmoins, l’énergie est une vraie question pour les exploitations agricoles puisqu’elle représente de 10 à 25 % des charges variables, soit en moyenne 12 300 € par exploitation en 2010 (source ADEME).


Face à la raréfaction et à la volatilité des prix des énergies fossiles, 3 voies sont développées pour préserver la compétitivité des exploitations et le revenu des agriculteurs :
• Réduction des consommations d’énergie
• Efficacité des équipements
• Substitution par des énergies renouvelables

 

 

Puis, par comparaison avec les références disponibles de :

  • situer les consommations par postes de l’exploitation analysée,
  • tenter d’expliquer les différences par les pratiques mises en œuvre


Ces résultats permettront d’identifier les marges de progrès et les actions que les agriculteurs peuvent réaliser pour améliorer la performance énergétique de leur exploitation, de leur production, de leur matériel ou de leurs bâtiments.
Ces actions peuvent porter sur :

1. Choix d’équipements (machines et bâtiments) nécessitant moins d’énergie

 Eligibles au PCAE
 

  • Le pré refroidisseur de lait peut être une option intéressante notamment en hiver : le système produit une eau tiède, appréciée par les vaches. Cela permet de stimuler la buvée, et donc la production laitière.

En parallèle on constate jusqu’à 50 % d’économies d’électricité sur la consommation du tank:
 

  •     Le récupérateur de calories sur tank à lait permet en moyenne d’économiser  75 % de l’énergie nécessaire à chauffer l’eau, sachant que l’eau chaude représente 25 à 30% de l’énergie électrique consommée. Il permet aussi de réduire les consommations électriques du tank à lait.

 

  •     L’isolation des bâtiments (laiterie, porcherie, poulailler…)

 

2. L’adoption de pratiques plus économes en énergie (adapter l’usage des machines agricoles, choisir des cultures moins gourmandes en énergie et en engrais azotés...)
 3. L’opportunité pour certaines exploitations de produire leur propre énergie renouvelable

 Méthanisation :

•    production d’énergie renouvelable valorisable sous forme de biométhane (injection), électricité et chaleur (cogénération) et/ou biocarburant (bioGNV)


     Création d’un revenu complémentaire


•    valorisation des effluents agricoles contribuant à la réduction des émissions de Gaz à effet de serre (GES) des élevages


•    évolution des pratiques et assolements permettant d'augmenter l'autonomie en azote (digestat) et la couverture des sols (cultures intermédiaires - CIVE)
 

Photovoltaïque :

   Revente : Création d’un revenu complémentaire


Autoconsommation : Baisse des charges d’électricité de l’exploitation (10 à 30% en fonction du système de l’exploitation)
 

Documentation